Sur la route de la Geek I'll still be a geek after nobody thinks it's chic !

10jan/110

Superman Earth One

Quand on pense à Superman, on se dit souvent homme d'acier, sans peur, infaillible,... La seule faiblesse de Superman, c'est la kryptonite et le soleil de sa planète natale. Superman ne doute pas. Il est bienveillant envers l'humanité et n'hésite pas à se mettre en danger quand un super méchant s'apprête à la détruire.
Quand on pense à Superman, on pense rarement à adolescent à problème, conflits existentiels et tous ces petits problèmes que l'on attribue le plus souvent aux jeunes adultes. Et pourtant, il n'est pas devenu l'homme de fer en une journée ! C'est ce que propose de nous faire revisiter Superman Earth One, par J. Michael Straczynski et Shane Davis.

Clark Kent débarque à Metropolis ! Il ne sait pas encore ce qu'il va y faire, s'il va y rester longtemps, s'il va chercher un job, continuer ses études,... Dans son sac, un étrange déguisement, confectionné par sa mère, dont il ne sait pas trop bien quoi faire. Il loue une chambre à la journée dans un quartier taudis de la ville. En recherche d'un emploi, il va passer des entretiens pour des postes variés : architecte, chercheur en laboratoire, joueur de football,... Sa maman se fait du souci pour lui et le rassure en l'exhortant à faire de sa vie ce qu'il désire (même si c'est être joueur de banjo professionnel). Son père, aujourd'hui disparu, lui a inculqué qu'il avait un rôle important à jouer, du fait de ses incroyables pouvoirs. En effet, Clark est tombé du ciel dans un vaisseau spatial. Tout de suite, il a montré des pouvoirs prodigieux, hors des normes humaines. Rejeté durant son enfance, il veut maintenant vivre une vie normale, être parmi les êtres humains comme un des leurs. Il n'est pas sûr que vivre en marge de cette société en espérant sauver le monde, ce soit son truc ! En bref, un vrai enfant perdu !

Sur le plan graphique, j'ai beaucoup aimé ce comics. Un bon coup de crayon, bonne coloration, le scénario tient la route malgré quelques petites libertés prises avec le mythe. Clark est sombre et peu expressif, du fait de ses états d'âme et de son mal-être général. Par contre, ce manque d'expression et de dynamisme transparaît également dans les personnages. J'aurai aimé un Perry ou une Loïs Lane aux traits plus expressifs. C'est d'autant plus dommage que les combats et autres scènes d'action sont extrêmement bien scénarisés. Mais cela ne gâche pas trop le plaisir de ce mythe revisité à une sauce un peu plus moderne. C'est du bon, sans aucune hésitation :)

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant