Sur la route de la Geek I'll still be a geek after nobody thinks it's chic !

13avr/120

More Mozilla Spaces…

Last February, I wrote about Mozilla Spaces, a project about Mozilla offices, with co-working inside. After sharing this article with members of Mozilla Reps, I got a lot of feedbacks, mostly very positive. And some made me think about issues and extensions that this project could take.

Mozilla office, yes, but if not?

The first problem is: what if there is no Mozilla office in the city or if the office is too small for hosting events? In this case, it's hard for a Mozillians' community renting an office space (in Paris, it is extremely expensive, even for special events less than a day). A first line of thought would be to invest places that are already "open", according to the different kind of events you want to organize:

  • cafés: many cafés / bars can be reserved for informal community events, small meetings conferences. For my part, I have organized this kind of thing in Paris, Corcoran's, Great Canadian, Players or IT Place. But these are only examples ;).
  • hacker-spaces: a little more underground, these places are often large sympathizers of free software / open source. You just have to come and talk with persons present to see if the place can host an event. Still in Paris: LeLoop, BlackBloxe, TMP/LAB...
  • co-working places: here, you must find out about this places, because if it's possible to come and work individually, organizing a bigger event may be paid. For Paris, the best is La Cantine, but it is not alone: ​​La Ruche, La Mutinerie, Soleilles, Next & Co-working...

There are other ideas that can be explored for "affiliate" Mozilla Spaces:

With all this, there is work to do!

Present, captain!

Second important question: what kind of presence can we organize? It depends on the presence of an employee whose mission is to do this (I talked in my previous article about a community manager associated with this Space, who would manage activities around the office and Mozilla affiliate places).
Typically, this presence includes a large number of events:

  • every day presence: welcome and assistance, driving in the office and projects, translation,... With this real presence, we should add a virtual presence, of course.
  • occasional workshops, with communities, on a specific topic: it's already common in Mozilla Paris, with workshops such as TupperVim, Documentation of Wednesday,...
  • workshops more "generic":projects' presentation, education, support, evangelism,...
  • workshops on selective news: SOPA and PIPA made great noise in the U.S., Mozilla reacts about these law. Little noise was made about ACTA, HADOPI, LOPPSI or some laws in the same vein. In a less politicized way, we can do things during Internet's festival, Music' fest or the Women's Day, for example.

Enlarge your UX!

This last question is from my own idea: how can we improve the user experience around this kind of project? When I come in a Mozilla office, what I expect of it? What can I win by coming to such a place? What can make me want to return or to participate more?

Awaiting responses, more for the next episode ;)

13avr/120

Firefox + Twiligth = ???

Quel titre racoleur ! Utiliser le dernier navet pardon, la dernière saga à la mode, pour faire du visiteur unique ou de la page visitée,... Serai-je tombée aussi bas ? En fait, non, c'est plutôt une opération séduction de chez Mozilla qui m'a fait penser à un tel titre :

Et oui, ils ont osé... Mais c'est pour la bonne cause ! En effet, ici, il est question de mettre en avant un concours :

Mozilla aimerait maintenant entendre votre voix et regarder votre bobine... de films. C'est pourquoi nous avons lancé la 2ème édition de notre concours « Firefox Flicks ». Soyez inventif, laissez libre cours à votre imagination, amusez-vous ! Réalisez votre vidéo pour Firefox, le résultat sera visionné par un jury composé de personnalités de Hollywood, dont Edward Norton. Les récompenses se montent à plusieurs milliers de dollars. Et toutes les vidéos seront visibles dans le monde entier !

Edward Norton, tout de même ! Quoi, « c'est qui, Edward Norton ? » Si si, vous savez qui c'est, obligé !

Et il se trouve que mercredi 18 avril, Mozilla organise une soirée spéciale « cinéma et animation&bsp;». Au programme :

  • 19:30 Mozilla et l'avenir de la création sur le Web
  • 19:45 Présentation du concours Flicks
  • 20:15 Popcorn.js, un nouvel outil pour décupler les possibilités de la vidéo en ligne
  • 20:40 Démonstrations
  • 21:30 Q/R autour d'un verre

Tout cela se passe à La Cantine, 151 rue Montmartre, Passages des Panoramas, 75002, Paris, à partir de 19h,
On vous attend, il y aura à boire et à manger !

11avr/120

Encore plus d’espace…

Mi-février, je parlais de Mozilla Spaces, un projet autour des bureaux de Mozilla, avec une pointe de co-working. En partageant cet article avec les membres du projet Mozilla Reps, j'ai eu droit à un bon nombre de retours, la plupart très positif. Et quelques uns m'ont fait réfléchir à certaines problématiques et certaines extensions que pouvait prendre un tel projet.

Bureau Mozilla oui mais si ?

La première problématique est : que faire s'il n'y a pas de bureau Mozilla dans une ville ou si les bureaux sont un peu petits. Dans ce cas, il est assez dur pour une communauté de Mozilliens de louer des bureaux (à Paris, c'est extrêmement coûteux, même pour des événements ponctuels qui dure moins d'une journée). Une première piste de réflexion serait d'investir des lieux déjà « ouverts », différents selon le genre d'événements que vous souhaitez organiser :

  • des cafés : de nombreux cafés / bars peuvent être réservés, pour des événements communautaires informels, de petites réunions conférences. Pour ma part, j'ai déjà organisé ce genre de choses dans Paris au Corcoran's, au Great Canadian, au Players ou encore au IT Place. Mais ce ne sont que des exemples ;).
  • des hackerspaces : un peu plus underground, ces endroits sont souvent de grands sympathisants de la cause libriste / open source. Il suffit d'y pointer son nez et de parler avec les gens pour voir si l'endroit peut accueillir un événement. Toujours à Paris, il en existe quelques un : LeLoop, le BlackBloxe, le TMP/LAB,…
  • des espaces de co-working : ici, il faut bien se renseigner, car s'il est possible d'y venir individuellement pour y travailler, y organiser un événement de plus grosse envergure peut y être payant. Pour Paris, le plus connu reste la Cantine, même s'ils ne sont pas seuls : La Ruche, La Mutinerie, Soleilles, Next&Co-working,…

Il existe également d'autres pistes que l'on peut explorer pour des Mozilla Spaces « affiliés » :

  • des musées : cela peut paraître un rien énorme, mais cela se fait déjà : La Cité des Sciences et de l'Industrie de Paris fournit régulièrement son espace numérique à des associations tels que Ubuntu-Fr pour organiser des événements sur le Logiciel Libre. Dans le même genre, la Gaîté Lyrique a ouvert ces locaux pendant un an au hackerspace du TMP/LAB.
  • des associations et des entreprises partenaires : je le fais régulièrement au sein de l'association Girls In Tech Paris, qui organise des événements autour de la parité dans l'entrepreneuriat. Toute la difficulté tient dans le fait de trouver le sponsor de local, dont les idées sont en lieu avec votre mission / vision.

Avec tout cela, on a déjà de quoi faire !

Présente, mon capitaine !

Deuxième question importante : quelle genre de présence peut-on y apporter ? Tout dépend de la présence d'un(e) employé(e), délégué(e) à ce genre de choses (je parlais dans mon article précédent d'un community manager associé à ce Space, qui gérerait l'activité autour du ou des lieux affiliés Mozilla autour du bureau).
Typiquement, cette présence regroupe un grand nombre d'événements :

  • la présence de tous les jours : accueil et assistance, pilotage au sein des locaux et des projets, vulgarisation en tout genre,… À cette présence réelle doit s'ajouter une présence virtuelle, cela va sans dire.
  • des ateliers ponctuels, communautaires, sur un sujet bien précis : cela se fait déjà couramment au sein de Mozilla Paris, avec des ateliers tels que TupperVim, le Mercredi de la Doc,…
  • des ateliers plus « généraux » : présentation des projets, éducation, assistance, évangélisation,…
  • des ateliers sur des idées d'actualités : SOPA et PIPA ont fait coulé beaucoup d'encre aux US, Mozilla étant de ceux réagissant à cette loi. Pourtant, peu de bruit a été fait pour l'ACTA, l'HADOPI ou la LOPPSI, alors qu'ils sont dans la même veine. De manière moins politisée, on pourrait faire des choses durant la fête de l'Internet, la fête de la Musique ou la journée de la Femme, par exemple.

Enlarge your UX !

Cette dernière question est de mon propre jus : comment pourrait-on améliorer l'expérience utilisateur autour d'un tel projet ? Quand je viens dans les bureaux Mozilla, qu'est ce que j'attends d'eux ? Avec quoi pourrais-je partir en sortant ? Qu'est-ce qui peut me donner envie de revenir, voire de participer plus ?

En attente de réactions, la suite au prochain épisode ;)

2avr/120

Education, gamification and Mozilla ? The Open Badges solution

Studying education in general and more particularly in Mozilla project, I have found a project named Open Badges. To give some origins, Open Badges is a project from Mozilla Drumbeat, powered in partnership with the MacArthur Foundation.

But before presenting Open Badges, I have to present gamification. Gamification? Another marketing « buzzword », will you tell me? In fact, we could say that it's been a while since we talk about gamification. Since the arrival of « serious games ». Wikipedia made a great definition of this term :

Gamification is the use of game design techniques, game thinking and game mechanics to enhance non-game contexts. Typically gamification applies to non-game applications and processes, in order to encourage people to adopt them, or to influence how they are used. Gamification works by making technology more engaging, by encouraging users to engage in desired behaviors, by showing a path to mastery and autonomy, by helping to solve problems and not being a distraction, and by taking advantage of humans' psychological predisposition to engage in gaming.

The technique can encourage people to perform chores that they ordinarily consider boring, such as completing surveys, shopping, filling out tax forms, or reading web sites.

During a TEDx Boston conference, last year, Seth Priebatsch gave a really great presentation of gamification mechanism :

During this conference, he gives many examples, but only one will be useful to explain Open Badges : school. Indeed, school could be seen as a game: there are levels we have to pass, scores to reach, challenges to complete, even competitions to win, sometimes. School, whether primary, secondary or higher, for small kids or adults, is a great environment for gamification. Imagine a few minutes:

I'm a student, I learn things and fill out controls which verifies my understanding of my knowledge. Instead of traditional sheets, I use a computer, with quizzes or serious game that I have to finish to complete controls and have badges. Here, badges are not like FourSquare, a simple image. This is a set of meta-data, which permit to know when I got my badge, in what conditions, if it has a validity period, etc. All my badges are gathered in my backpack, which allows me to see badges collected, group them and share them with my parents, my friends, my classmates and even my future employers. I do an internship. My manager, which is a very nice guy, prepared a small end-of-course, with some badges. He turned out that during my internship, I showed a great sense of community project management and a talent for web integration. He wants to reward me, and thus the future recruiters can see how I'm unique. So I put this badge in my bag, in the group « Web Skills ».

And if all this were true? And if we could push gamification to simply « plug in » a badge system to a third party website. Basically, an API gamification.

Well this is precisely what is proposed to be Open Badges. An API which permits to design and install badges on a website. User side, a website « backpack » to manage all the badges and share them with whoever I want. In the education field, it may help to highlight profiles with a higher degree of accuracy and on a wider range of diversity. And we can even imagine a third player: the badge integrator, as BadgeStack, which develops badges for educational institutions in the United States.

There are many applications, only limited by our own imagination. So long live Open Badges :)

28mar/124

Éducation, gamification et Mozilla ? La solution OpenBadges

En étudiant ce qui se fait dans le domaine de l'éducation en général et plus particulièrement chez Mozilla, je suis tombée sur le projet Open Badges. Pour situer un peu les origines, Open Badges est un projet sorti de chez Mozilla Drumbeat, propulsé en partenariat avec la fondation MacArthur.

Mais avant de présenter Open Badges, je vais devoir parler de gamification. La gamification ? Encore un « buzzword » marketing, allez vous me dire ? En fait, on pourrait dire que ça fait un petit bout de temps que l'on parle de gamification. Depuis l'arrivée des « serious game », on pourrait dire. Citons Wikipédia qui va parfaitement nous définir la gamification :

La gamification (ou ludification) est le transfert des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, en particulier des sites web, des situations d'apprentissage, des situations de travail ou des réseaux sociaux. Son objet est d’augmenter l’acceptabilité et l’usage de ces applications en s’appuyant sur la prédisposition humaine au jeu.

Cette technique de conception permet d’obtenir des personnes des comportements que l’on pourrait considérer sans intérêt ou que l’on ne voudrait ordinairement pas faire : remplir un questionnaire, acheter un produit, regarder des publicités ou assimiler des informations.

Une très bonne présentation de la gamification a été faite lors d'une conférence TEDx Boston, datant de l'année dernière (elle est en anglais, mais il y a des sous-titres dans 24 langues, dont le français) :

Dans cette conférence, plusieurs exemples sont donnés, mais un seul va m'être utile pour expliquer Open Badges : celui de l'école. En effet, l'école est un jeu : il y a des niveaux à passer, des scores à atteindre, des challenges à remplir, parfois même des compétitions quand il est question de concours. L'école, qu'elle soit primaire, secondaire ou supérieure, pour petits enfants ou pour adultes, se prête très volontiers à la gamification. Imaginez quelques minutes que ce soit le cas, de manière numérique :

Je suis étudiante, j'apprends des choses et je remplis des contrôles qui vérifie ma compréhension des acquis. Au lieu de la traditionnelle feuille de papier, il m'est proposé un ordinateur, avec des quizz ou des serious game que je dois finir pour compléter mon contrôle et ainsi avoir mon badge. Ici, le badge n'est pas, contrairement à FourSquare, une simple image. C'est un ensemble de méta-données, permettant de savoir quand j'ai eu mon badge, dans quelle condition, que représente-t-il, est-ce qu'il a une durée de validité, etc. Tous mes badges sont regroupés dans mon sac à dos, qui me permet de voir les badges récoltés, de les regrouper et de les partager avec mes parents, mes amis, mes camarades de classe ou même mes futurs employeurs. Je vais en stage. Mon chef de stage, qui est très sympa, m'a préparé un petit bilan de fin de stage, avec un lot de badges. Il s'est avéré que durant mon stage, j'ai montré d'un grand sens de la gestion de projet communautaire ainsi que d'un certain talent pour l'intégration web. Il veut me récompenser pour que j'ai une trace sur mon profil, et qu'ainsi les futurs recruteurs puissent voir en quoi je suis unique. Je range donc ce badge dans mon sac, dans le groupe "Web Skills".

Et si tout ceci était vrai ? Et si nous pouvions pousser la gamification jusqu'à simplement « brancher » un système de badge à un site web tierce. En gros, une API de gamification.

Et bien c'est ce que propose justement Open Badges. Une API permettant de designer et d'installer un système de badge sur un site web. Côté utilisateur, un site « backpack » permet de gérer tous les badges et des les partager avec qui je le souhaite. Côté organisme d'enseignement, cela permet de mettre en avant des profils plus pointus mais aussi plus diversifiés. Et on peut même imaginer un troisième acteur : l'intégrateur de badge, comme BadgeStack, qui développe des badges pour des institutions éducatives aux États-Unis.

Les applications sont multiples et ne sont limitées que par notre propre imagination. Alors longue vie à Open Badges :)