Sur la route de la Geek I'll still be a geek after nobody thinks it's chic !

7fév/112

Débat: la curation, avenir du Web ?

La curation, quel drôle de terme ! En latin, curatio désigne le traitement d'une maladie. En anglais, il peut aussi désigner ce métier qui est celui de mettre en place les expositions, de choisir les tableaux mis en scène, bref le conservateur du musée. Dans le monde numérique, c'est aussi celui qui va collecter les informations, rechercher l'exactitude des sources, extraire de la masse sa substantielle moelle, bref le documentaliste. Ce terme ne manque donc pas d'équivalent français, pourtant la blogosphère ne jure que par le terme anglais... Et c'est ainsi que je me suis retrouvée un lundi après-midi, au Conseil régional de l'Ile-de-France, à suivre une conférence sur un tournant de l'histoire du web, à savoir la curation !

Ça commence assez fort, avec Dominique CARDON, du laboratoire des usages SENSE / Orange Labs ! Étonnant que ce sujet si technique soit ouvert par un sociologue ! Mais en fait, l'intervenant ne manque pas de pertinence, en posant un certains nombres de questions : sur la crise du journalisme et des "gatekeepers" (les gardiens des portes de l'information en sociologie des médias), sur l'échec du web sémantique, sur la politique du "On publie d'abord, on filtre après" (Clay Shirky inside), sur le concept de longue traîne (80% des utilisateurs vont se focaliser sur 20% des produits / services disponibles), sur le but que suivent les internautes à partager ces contenus sur le Net, à bloguer, à mettre en avant des sites qui leur plaisent via les Likes Facebookiens et autres Retweet en tout genre,...
Un vrai questionnement aurait pu s'en suivre sur le pourquoi du comment de ce phénomène, sur les outils permettant ces usages (Facebook, mais aussi Scoop.it, Pearltrees, Quora, etc.).
Sauf que s'en est suivi des tables rondes plus axées sur la définition de l'acte en lui même, sur le journalisme qui essaye de trouver sa place dans tout ça et de certains produits permettant ces usages que sur l'internaute véritablement. En effet, c'est nous, personnes dans la salle, presque tous blogueurs, twittos et autres conservateurs de musée numérique (il y a pas à dire, curateur, je suis contre) qui étions visés par cette conférence, et au final, j'ai bien peur qu'on ait peu parler de ça. Quid des licences des contenus partagés, de l'économie numérique sous-jacente à une telle activité, de la grande question "pourquoi blogue-t-on ?" (CARDON a commencé à y répondre dans son intervention, cependant cela n'a pas été repris dans les tables rondes suivantes), j'en passe et des meilleurs. Et les documentalistes, profession également touchée par cet étrange phénomène ? Au final, plus de questions que de réponses à la sortie d'amphi !

Les points faibles :

  • La curation, c'est extrêmement moche comme nom !
  • Les deux tables rondes ont tournées autour du concept de la curation, sans vraiment rentrer dans des problématiques essentiels. Un peu trop superficiel !
  • Sur 11 intervenants, 0 femmes ! No comment !
  • L'absence de mon copain Jean-Paul Huchon :'(

Les points forts :

  • La présentation sociologique de Dominique CARDON
  • L'introduction de Jean-Baptiste ROJET et son néologisme sur l'infobésité
Commentaires (2) Trackbacks (1)
  1. Salut Julia,
    merci d’être venu à la conférence. Je suis content que tu es apprécié l’intervention de Dominique Cardon et de Jean-Baptiste Roger. Par contre, je te trouve un peu injuste sur les discussions des panels, je crois qu’elles ont été moins creuses que ce que tu en dis. D’ailleurs, j’ai fait l’édition de la conférence et de ce qui en a été tweeté ici http://pear.ly/MGu5 . A+

  2. Il y a aussi une « collègue » de Girlz In Web qui a fait un résumé plus complet que le mien sur cette conférence : http://girlzinweb.com/2011/02/09/la-curation-le-web-organise-par-les-utilisateurs/
    En soit, je ne les ai pas trouvé creuses, juste que ce n’était pas en accord avec les premières présentations qui m’ont beaucoup plu. Mais après, ce n’est qu’un avis personnel, donc partial ;)


Leave a comment