Sur la route de la Geek I'll still be a geek after nobody thinks it's chic !

18juil/127

Mozilla Persona en bref

Depuis un certain nombre d'années, un type de sites a proliféré sur la webosphère, ce sont les sites où il faut s'enregistrer. On se trimballe une batterie de comptes un peu partout sur la toile. Sans faire de commentaires sur le bien-fondé de cette pratique de flicage récupération des données personnelles à tout va, il est assez dur de se souvenir de tous les identifiants et mots de passe, surtout si vous faites comme moi et que vous changez chacun à chaque site que vous visitez. Dans le but d'offrir une meilleure manière de gérer sa présence sur le Web, Mozilla a donc mis en place Mozilla Persona, un outil permettant de se connecter à des sites en utilisant le protocole BrowserID. Dans cet article, je ne vais pas rentrer dans les détails techniques, l'article donné plus tôt est assez complet et bien expliqué comme cela.

Comme je suis une geek, j'ai donc installé l'authentification par BrowserID sur mon blog WordPress, grâce au plugin dédié : Mozilla Persona.

Rapide retour d'expérience, j'utilise cette méthode d'authentification pour mon blog, le site de documentation Mozilla, le bugtracker Mozilla, donc de manière assez régulière. Ça marche bien, c'est pratique et sûr, et je n'oublie plus mes mots de passe (vu que maintenant, je n'en ai qu'un à retenir). Le seul regret que j'aurai, c'est que j'aimerais que cela fonctionne sur tout : ma boîte mail, mon compte Twitter,...

Ah si, maintenant que j'y pense, j'ai eu un petit souci avec le plugin WordPress, je n'ai pas réussi à m'authentifier ce matin. Pour régler le problème, il suffit d'aller dans Réglages > BrowserID, et à la section Verification server, mettre la valeur https://verifier.login.persona.org/verify.

28juin/120

Mozilla au Premier Samedi du Libre

J'en parlais dans mon dernier article à propos de Mozilla Spaces. Dans cet article, je disais qu'il pourrait être bon d'investir des lieux publics, tels que les musées. Et bien, voilà la chose en préparation, car le 7 juillet prochain, l'équipe de choc Mozilla Paris investie le Premier Samedi du Libre, à la Cité des Sciences et de l'Industrie de Paris.

Cet événement se tient tous les premiers samedis de chaque mois et a pour but d'installer GNU/Linux sur les ordinateurs que les visiteurs apporteront. Cela peut aller du dernier EeePC à la mode à la tour récupérée dans un vide grenier l'été dernier. Il est organisé depuis 2008 par Parinux, un GUL (Groupe d'Utilisateurs Linux).

Que va-t-on y faire ? Et bien, ce sera un peu l'auberge espagnole. Au programme, accueil, assistance, pilotage au sein des projets, vulgarisation en tout genre, évangélisation,... Et pourquoi pas faire des convertis voire même des bénévoles, pendant qu'on y est !

Que vous soyez déjà un fan de Mozilla ou un simple curieux, que vous utilisiez Linux ou pas, n'hésitez pas à venir nous voir à la CSI, le 7 juillet, de 14h à 18h.

Accès : 30, Avenue Corentin Cariou, 75019 Paris. Niveau -1 Carrefour Numérique.
Métro : Ligne 7, station Porte de la Villette
Bus : 75, 139, 150, 152, PC1 et PC2, station Porte de la Villette

13avr/120

Firefox + Twiligth = ???

Quel titre racoleur ! Utiliser le dernier navet pardon, la dernière saga à la mode, pour faire du visiteur unique ou de la page visitée,... Serai-je tombée aussi bas ? En fait, non, c'est plutôt une opération séduction de chez Mozilla qui m'a fait penser à un tel titre :

Et oui, ils ont osé... Mais c'est pour la bonne cause ! En effet, ici, il est question de mettre en avant un concours :

Mozilla aimerait maintenant entendre votre voix et regarder votre bobine... de films. C'est pourquoi nous avons lancé la 2ème édition de notre concours « Firefox Flicks ». Soyez inventif, laissez libre cours à votre imagination, amusez-vous ! Réalisez votre vidéo pour Firefox, le résultat sera visionné par un jury composé de personnalités de Hollywood, dont Edward Norton. Les récompenses se montent à plusieurs milliers de dollars. Et toutes les vidéos seront visibles dans le monde entier !

Edward Norton, tout de même ! Quoi, « c'est qui, Edward Norton ? » Si si, vous savez qui c'est, obligé !

Et il se trouve que mercredi 18 avril, Mozilla organise une soirée spéciale « cinéma et animation&bsp;». Au programme :

  • 19:30 Mozilla et l'avenir de la création sur le Web
  • 19:45 Présentation du concours Flicks
  • 20:15 Popcorn.js, un nouvel outil pour décupler les possibilités de la vidéo en ligne
  • 20:40 Démonstrations
  • 21:30 Q/R autour d'un verre

Tout cela se passe à La Cantine, 151 rue Montmartre, Passages des Panoramas, 75002, Paris, à partir de 19h,
On vous attend, il y aura à boire et à manger !

11avr/120

Encore plus d’espace…

Mi-février, je parlais de Mozilla Spaces, un projet autour des bureaux de Mozilla, avec une pointe de co-working. En partageant cet article avec les membres du projet Mozilla Reps, j'ai eu droit à un bon nombre de retours, la plupart très positif. Et quelques uns m'ont fait réfléchir à certaines problématiques et certaines extensions que pouvait prendre un tel projet.

Bureau Mozilla oui mais si ?

La première problématique est : que faire s'il n'y a pas de bureau Mozilla dans une ville ou si les bureaux sont un peu petits. Dans ce cas, il est assez dur pour une communauté de Mozilliens de louer des bureaux (à Paris, c'est extrêmement coûteux, même pour des événements ponctuels qui dure moins d'une journée). Une première piste de réflexion serait d'investir des lieux déjà « ouverts », différents selon le genre d'événements que vous souhaitez organiser :

  • des cafés : de nombreux cafés / bars peuvent être réservés, pour des événements communautaires informels, de petites réunions conférences. Pour ma part, j'ai déjà organisé ce genre de choses dans Paris au Corcoran's, au Great Canadian, au Players ou encore au IT Place. Mais ce ne sont que des exemples ;).
  • des hackerspaces : un peu plus underground, ces endroits sont souvent de grands sympathisants de la cause libriste / open source. Il suffit d'y pointer son nez et de parler avec les gens pour voir si l'endroit peut accueillir un événement. Toujours à Paris, il en existe quelques un : LeLoop, le BlackBloxe, le TMP/LAB,…
  • des espaces de co-working : ici, il faut bien se renseigner, car s'il est possible d'y venir individuellement pour y travailler, y organiser un événement de plus grosse envergure peut y être payant. Pour Paris, le plus connu reste la Cantine, même s'ils ne sont pas seuls : La Ruche, La Mutinerie, Soleilles, Next&Co-working,…

Il existe également d'autres pistes que l'on peut explorer pour des Mozilla Spaces « affiliés » :

  • des musées : cela peut paraître un rien énorme, mais cela se fait déjà : La Cité des Sciences et de l'Industrie de Paris fournit régulièrement son espace numérique à des associations tels que Ubuntu-Fr pour organiser des événements sur le Logiciel Libre. Dans le même genre, la Gaîté Lyrique a ouvert ces locaux pendant un an au hackerspace du TMP/LAB.
  • des associations et des entreprises partenaires : je le fais régulièrement au sein de l'association Girls In Tech Paris, qui organise des événements autour de la parité dans l'entrepreneuriat. Toute la difficulté tient dans le fait de trouver le sponsor de local, dont les idées sont en lieu avec votre mission / vision.

Avec tout cela, on a déjà de quoi faire !

Présente, mon capitaine !

Deuxième question importante : quelle genre de présence peut-on y apporter ? Tout dépend de la présence d'un(e) employé(e), délégué(e) à ce genre de choses (je parlais dans mon article précédent d'un community manager associé à ce Space, qui gérerait l'activité autour du ou des lieux affiliés Mozilla autour du bureau).
Typiquement, cette présence regroupe un grand nombre d'événements :

  • la présence de tous les jours : accueil et assistance, pilotage au sein des locaux et des projets, vulgarisation en tout genre,… À cette présence réelle doit s'ajouter une présence virtuelle, cela va sans dire.
  • des ateliers ponctuels, communautaires, sur un sujet bien précis : cela se fait déjà couramment au sein de Mozilla Paris, avec des ateliers tels que TupperVim, le Mercredi de la Doc,…
  • des ateliers plus « généraux » : présentation des projets, éducation, assistance, évangélisation,…
  • des ateliers sur des idées d'actualités : SOPA et PIPA ont fait coulé beaucoup d'encre aux US, Mozilla étant de ceux réagissant à cette loi. Pourtant, peu de bruit a été fait pour l'ACTA, l'HADOPI ou la LOPPSI, alors qu'ils sont dans la même veine. De manière moins politisée, on pourrait faire des choses durant la fête de l'Internet, la fête de la Musique ou la journée de la Femme, par exemple.

Enlarge your UX !

Cette dernière question est de mon propre jus : comment pourrait-on améliorer l'expérience utilisateur autour d'un tel projet ? Quand je viens dans les bureaux Mozilla, qu'est ce que j'attends d'eux ? Avec quoi pourrais-je partir en sortant ? Qu'est-ce qui peut me donner envie de revenir, voire de participer plus ?

En attente de réactions, la suite au prochain épisode ;)

28mar/124

Éducation, gamification et Mozilla ? La solution OpenBadges

En étudiant ce qui se fait dans le domaine de l'éducation en général et plus particulièrement chez Mozilla, je suis tombée sur le projet Open Badges. Pour situer un peu les origines, Open Badges est un projet sorti de chez Mozilla Drumbeat, propulsé en partenariat avec la fondation MacArthur.

Mais avant de présenter Open Badges, je vais devoir parler de gamification. La gamification ? Encore un « buzzword » marketing, allez vous me dire ? En fait, on pourrait dire que ça fait un petit bout de temps que l'on parle de gamification. Depuis l'arrivée des « serious game », on pourrait dire. Citons Wikipédia qui va parfaitement nous définir la gamification :

La gamification (ou ludification) est le transfert des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, en particulier des sites web, des situations d'apprentissage, des situations de travail ou des réseaux sociaux. Son objet est d’augmenter l’acceptabilité et l’usage de ces applications en s’appuyant sur la prédisposition humaine au jeu.

Cette technique de conception permet d’obtenir des personnes des comportements que l’on pourrait considérer sans intérêt ou que l’on ne voudrait ordinairement pas faire : remplir un questionnaire, acheter un produit, regarder des publicités ou assimiler des informations.

Une très bonne présentation de la gamification a été faite lors d'une conférence TEDx Boston, datant de l'année dernière (elle est en anglais, mais il y a des sous-titres dans 24 langues, dont le français) :

Dans cette conférence, plusieurs exemples sont donnés, mais un seul va m'être utile pour expliquer Open Badges : celui de l'école. En effet, l'école est un jeu : il y a des niveaux à passer, des scores à atteindre, des challenges à remplir, parfois même des compétitions quand il est question de concours. L'école, qu'elle soit primaire, secondaire ou supérieure, pour petits enfants ou pour adultes, se prête très volontiers à la gamification. Imaginez quelques minutes que ce soit le cas, de manière numérique :

Je suis étudiante, j'apprends des choses et je remplis des contrôles qui vérifie ma compréhension des acquis. Au lieu de la traditionnelle feuille de papier, il m'est proposé un ordinateur, avec des quizz ou des serious game que je dois finir pour compléter mon contrôle et ainsi avoir mon badge. Ici, le badge n'est pas, contrairement à FourSquare, une simple image. C'est un ensemble de méta-données, permettant de savoir quand j'ai eu mon badge, dans quelle condition, que représente-t-il, est-ce qu'il a une durée de validité, etc. Tous mes badges sont regroupés dans mon sac à dos, qui me permet de voir les badges récoltés, de les regrouper et de les partager avec mes parents, mes amis, mes camarades de classe ou même mes futurs employeurs. Je vais en stage. Mon chef de stage, qui est très sympa, m'a préparé un petit bilan de fin de stage, avec un lot de badges. Il s'est avéré que durant mon stage, j'ai montré d'un grand sens de la gestion de projet communautaire ainsi que d'un certain talent pour l'intégration web. Il veut me récompenser pour que j'ai une trace sur mon profil, et qu'ainsi les futurs recruteurs puissent voir en quoi je suis unique. Je range donc ce badge dans mon sac, dans le groupe "Web Skills".

Et si tout ceci était vrai ? Et si nous pouvions pousser la gamification jusqu'à simplement « brancher » un système de badge à un site web tierce. En gros, une API de gamification.

Et bien c'est ce que propose justement Open Badges. Une API permettant de designer et d'installer un système de badge sur un site web. Côté utilisateur, un site « backpack » permet de gérer tous les badges et des les partager avec qui je le souhaite. Côté organisme d'enseignement, cela permet de mettre en avant des profils plus pointus mais aussi plus diversifiés. Et on peut même imaginer un troisième acteur : l'intégrateur de badge, comme BadgeStack, qui développe des badges pour des institutions éducatives aux États-Unis.

Les applications sont multiples et ne sont limitées que par notre propre imagination. Alors longue vie à Open Badges :)