Sur la route de la Geek I'll still be a geek after nobody thinks it's chic !

15Juin/091

La tête dans le nuage

En bullotant un peu sur le site d'un pote (oui, j'ai encore des amis dans le monde propriétaire qui font des sites avec des technos Crosoft sur lesquels ils vantent les bienfaits des-dites technos Crosoft, je ne sais d'ailleurs pas comment j'arrive à garder contact avec ce genre d'individus), je me suis posée une question: c'est quoi le cloud computing ? Encore un mot hype pour dire qu'on est djeunz, donc con, donc qu'on a envie de passer pour plus intelligent que l'on est.
Au lieu de poser cette question à l'ami écrivain d'articles de propagande, qui va me faire passer pour plus conne que je ne suis (remarquez, je préfère ça que le contraire), j'ai enclenché le vieux réflexe du libriste : RTFM (Read The Fucking Manual, ou "Veuillez s'il vous plaît consulter la documentation correspondante à votre recherche merci" en langue de Molière bien éduqué).

cloud-computing

Donc après une recherche Google, qui m'a renvoyée vers Wikipedia, j'ai pu apprendre que le cloud computing : c'est "un concept majeur faisant référence à l'utilisation de la mémoire et des capacités de calcul des ordinateurs et des serveurs répartis dans le monde entier et liés par un réseau, tel Internet." Le nuage représente alors toutes les données partagées entre groupe de travail, ceci permettant une réelle dynamique dans la gestion d'un projet, informatique ou autre. Vous entreposez vos données sur un réseau tierce, Microsoft ou Google, si on reprend les idées que l'ami en question développe dans son article, vous gérez qui a accès à ces données, tout le monde, votre famille, votre groupe de travail, Mme Michu, etc. suivant la réseau du pourquoi de votre projet, et vous pouvez mettre à jour vos données au fur et à mesure de l'avancement de votre travail. Chaque membre du "cloud" peut alors avoir accès à votre travail, faire sa propre copie, la mettre à disposition, le tout pour faire avancer le projet. Là où les applications étaient autrefois installées sur une machine, "en dur", elles sont maintenant accessibles via le Oueb, sans installation, juste grâce à votre navigateur (Firefox de préférence, bien sûr).
Grande critique à la chose: vous faites confiance à Google, vous ? Ou même Microsoft ? On parle carrément de leur filer nos documents et "bien sûr, qu'ils n'en feront rien, parce qu'on est pas comme ça, chez Google, on respecte la vie privée, on est des gentils bisounours, tout ça tout ça". On est donc d'accord sur la question éthique: on pourra en discuter des siècles, d'ailleurs pour plus d'informations, je vous conseille d'aller voir l'April, ils ont des spécialistes sur la question, demandez Alix, le débat sera long. Tout dépend donc du serveur hébergeant vos données plus ou moins importantes, s'il est digne de confiance question gestion de la vie privée.
Sans vouloir prendre partie pour ou contre, j'ai essayé d'analyser ma manière de travailler, que ce soit à l'école ou au boulot. J'ai à ma disposition un magnifique EeePC Asus 1000H sous Linux CrunchBang qui me suis presque partout. J'ai donc une fâcheuse tendance à travailler depuis le café du coin (celui face au jardin du Luxembourg) ou encore depuis la taverne près des Halles, lieu de rassemblement des Mozilliens biérophiles. Cette pratique fonctionne très bien n'importe où, du moment que j'ai à ma disposition une connexion internet, même pour un court laps de temps. Pour l'école, je récupère mes cours sur le serveur privé de mon école, pour ensuite les lire et les modifier sur ma machine via les outils habituels (OpenOffice, AbiWord, etc.). Pour le boulot, je récupère mes copies de travail via le SVN, fait mes modifications en local puis met le tout à jour. Pour tous les autres projets qui ne nécessitent pas de SVN, je fonctionne.... avec un bloc-note. Et non, pas l'éditeur de texte de mon ordinateur, mais un vrai bloc avec du vrai papier recyclé et un vrai stylo encre. Une copie de sauvegarde sur mon ordinateur, sait-on jamais. S'il est nécessaire de transmettre les-dites notes à un(e) collègue, mail, téléphone ou rencontre réelle suivant la motivation du jour et le nombre de personne à contacter.
Je suis de la vieille génération du Web 2.0, qui ce sert du Net pour rechercher ses infos et les travailler sur sa machine, "en dur", à la "oldschool".
J'ai compris la notion !
Merci Sori 🙂
P.S.: maintenant que j'y pense, Apple aussi fait ça, le service s'appelle MobileMe.

17Mai/090

Ben, t’as pas pris les clefs ?

Pré requis: vous êtes enfermé(e) dehors, en bon(ne) étourdi(e) que vous êtes, vous avez oublié vos clefs à l'intérieur. Vous disposez d'une porte standard, qui se ferme quand vous la claquez sans tour de clef (attention, si vous avez fait un tour de clef, la manipulation ne marche pas). Vous disposez aussi d'un voisin charmant avec un radio de sa rotule (ça peut être sa rotule, son épaule, son crâne, etc, le sujet de la radio importe peu).

Étape 1: Pliez la radio en deux.
Étape 2: Demandez au charmant voisin - qui en plus d'être charmant, est aussi une armoire normande d'1m80 de haut sur 2 de large - de pousser ou tirer de toutes ses forces la porte. Cela dépend de votre porte, si vous avez une porte qui nécessite de tirer la poignée quand vous tournez vos clefs, tirez ; sinon poussez.
Étape 3: pendant que votre voisin fait l'épreuve de force, insérez la radio au niveau de la serrure - attention, pas au dessus ni dessous, mais au même niveau.
Étape 4: pousser la radio sur la serrure. Normalement, la porte commense à avoir du jeu. Si votre voisin est en train de tirer, demandez lui gentiment de stopper et de poussez la porte.

Et voilà la porte est ouverte.

24Fév/092

La géographie expliquée aux enfants

Quand j'étais petite, il me suffisait d'entendre le générique pour me faire sortir de mon livre / ma sieste / mes devoirs (et pourtant il en fallait beaucoup pour me faire sortir d'un livre). Mais si souvenez vous, oui, vous qui êtes nés dans les années 80:

Et bien récemment, je suis retombée sur un de épisodes de cette série fantastique qu'était Les Animaniacs. Et je me suis souvenue de "comment j'ai eu 15 en géographie":

Ça devrait être obligatoire, ce genre de programme 😛