Sur la route de la Geek I'll still be a geek after nobody thinks it's chic !

1mai/120

Heather Mallender a disparu

Comme son nom l'indique, Heather Mallender a disparu. Fille d'un riche armateur anglais, elle est venue soigner sa dépression dans les îles grecques. Sa sœur, Clare, est morte quelques mois plus tôt dans un attentat de l'IRA visant son patron, le politicien talentueux Alan Dysart. Le-dit Alan propose à la jeune Heather de venir se ressourcer dans sa maison grecque, chaperonnée par son meilleur ami et homme à tout faire, Harold. Mais Heather disparaît, laissant à Harold le soin de porter les accusations d'enlèvement, de séquestration et de meurtre qui lui tombent dessus. Le pauvre bougre se met alors en chasse de la vérité, seule capable de le laver de tout soupçon. Magouilles politiques, ingérences médicales, rancunes personnelles,... Mais pourquoi Heather a-t-elle disparu ?

Emmenant le lecteur tambour battant des îles grecques à la campagne anglaise en passant par la Suisse, le suspense commence dès les premières pages pour ne le lâcher qu'à la dernière. Encore un coup à ne pas dormir la nuit, tellement on est pris au jeu de recherche et de découvertes qui entraîne Harold au fond de la manipulation et de la corruption humaine. À ne surtout pas manquer !

12avr/111

Google Démocratie

Imaginez le monde de 2018. La fin du monde de 2012 n'a pas eu lieu mais on se demanderait presque si c'est un bien. Surtout, Google règne en maître absolu sur le monde, imposant ces diktats et ces décisions aux États qui ne deviennent alors que des fantoches à la solde d'une multinationale tentaculaire et immorale. Imaginez un monde régit par un homme paranoïaque, dont la seule vision du monde est l'amélioration de l'humain et l'immortalité de l'âme, quitte à bafouer toutes les lois (dont la bioéthique, entre autres). Bienvenue dans la démocratie Google !

C'est le prédicat qu'ont fait les 2 auteurs de ce roman d'anticipation quelque peu exagéré, David ANGEVIN et Laurent ALEXANDRE. Pour la partie vérité, oui, Google a investi quelques millions de dollars dans une société de biotechnologie, 23AndMe, gérée par Anne Wojcicki, épouse de Sergey Brin. Ledit Sergey Brin qui a fait tester son ADN et y a trouvé des prédispositions pour la maladie de Parkinson.
On va maintenant pouvoir passer à l'exagération de l'histoire. En 2018, non seulement tout le monde se fait tester son ADN, mais en plus tout le monde se le fait bidouiller. Palier à certaines maladies, une prédisposition à prendre du bide, à faire du cholestérol, etc. De la même manière, on peut "commander" le sexe de son futur marmot, la couleur des yeux, l'intelligence, etc. Le brassage génétique et la sélection naturelle ne se produisent plus et l'être humain peut alors devenir une sorte de super-animal ne souffrant de presque plus aucune maladie. Parallèlement, une sorte de résistance à ce mouvement se crée. Des groupes de terroristes s'organisent pour contrecarrer les plans des "transhumanistes". C'est ainsi que Larry Page trouve la mort, tué en pleine rue par un extrémiste opposé à la modification de l'ADN. Sergey Brin, dont la maladie de Parkinson s'est déclarée, sombre à plus ou moins court terme dans une folie furieuse teintée de paranoïa, tout en restant à la tête de l'entreprise de Mountain View. Son but ultime, l'humain 3.0, l'intelligence artificielle, mais à quel prix ?

Extrêmement exagéré, ce livre pointe du doigt les dérives potentielles du système Google. En effet, imaginez un monde où la démocratie soit dictée par Google ? Pour ma part, je conseille, rien que pour le côté polar technophile, c'est un bon millésime. Pour le reste, c'est au regard de chacun de juger ce qui tient de l'excès, ou pas.

Taggé comme: 1 commentaire
10jan/110

Superman Earth One

Quand on pense à Superman, on se dit souvent homme d'acier, sans peur, infaillible,... La seule faiblesse de Superman, c'est la kryptonite et le soleil de sa planète natale. Superman ne doute pas. Il est bienveillant envers l'humanité et n'hésite pas à se mettre en danger quand un super méchant s'apprête à la détruire.
Quand on pense à Superman, on pense rarement à adolescent à problème, conflits existentiels et tous ces petits problèmes que l'on attribue le plus souvent aux jeunes adultes. Et pourtant, il n'est pas devenu l'homme de fer en une journée ! C'est ce que propose de nous faire revisiter Superman Earth One, par J. Michael Straczynski et Shane Davis.

Clark Kent débarque à Metropolis ! Il ne sait pas encore ce qu'il va y faire, s'il va y rester longtemps, s'il va chercher un job, continuer ses études,... Dans son sac, un étrange déguisement, confectionné par sa mère, dont il ne sait pas trop bien quoi faire. Il loue une chambre à la journée dans un quartier taudis de la ville. En recherche d'un emploi, il va passer des entretiens pour des postes variés : architecte, chercheur en laboratoire, joueur de football,... Sa maman se fait du souci pour lui et le rassure en l'exhortant à faire de sa vie ce qu'il désire (même si c'est être joueur de banjo professionnel). Son père, aujourd'hui disparu, lui a inculqué qu'il avait un rôle important à jouer, du fait de ses incroyables pouvoirs. En effet, Clark est tombé du ciel dans un vaisseau spatial. Tout de suite, il a montré des pouvoirs prodigieux, hors des normes humaines. Rejeté durant son enfance, il veut maintenant vivre une vie normale, être parmi les êtres humains comme un des leurs. Il n'est pas sûr que vivre en marge de cette société en espérant sauver le monde, ce soit son truc ! En bref, un vrai enfant perdu !

Sur le plan graphique, j'ai beaucoup aimé ce comics. Un bon coup de crayon, bonne coloration, le scénario tient la route malgré quelques petites libertés prises avec le mythe. Clark est sombre et peu expressif, du fait de ses états d'âme et de son mal-être général. Par contre, ce manque d'expression et de dynamisme transparaît également dans les personnages. J'aurai aimé un Perry ou une Loïs Lane aux traits plus expressifs. C'est d'autant plus dommage que les combats et autres scènes d'action sont extrêmement bien scénarisés. Mais cela ne gâche pas trop le plaisir de ce mythe revisité à une sauce un peu plus moderne. C'est du bon, sans aucune hésitation :)

4jan/110

Se protéger sur Internet – Xavier Tannier

Ma grand-mère me disait toujours, lorsque j'étais petite, qu'il ne fallait pas parler aux gens que je ne connaissais pas, de ne rien accepter d'eux et de ne pas les suivre. En gros, de faire très attention à ce que je faisais dans la vie, aux gens à qui je parlais, etc. De la même manière que l'on est attentif à qui nous parlons « IRL » (In Real Life, en bon anglais shakespearien de gameurs), on devrait faire preuve de cette même attention dans notre vie numérique. En effet, nous utilisons Internet de manière de plus en plus « banale » : recherches d'informations, achats en ligne, partage de documents… Par contre, certains comportements relèvent parfois de l'inconscience, même s'ils sont situés sur Internet.
C'est ce que Xavier TANNIER, maître de conférence à l'Université Paris-Sud 11, spécialisé dans le traitement automatique des langues et l'extraction d'informations, explique dans son livre « Se protéger sur Internet — Conseils pour la vie en ligne ».

Et de commencer par jeter un pavé dans la mare : ce n'est pas parce qu'un service est gratuit que vous ne devez pas le payer. En effet, Facebook, Google et consort vous offrent des services en apparence gratuits. Juste en apparence ! Derrière se cache un véritable marché de données : chaque requête Google, chaque groupe Facebook est collecté pour dresser les profils des consommateurs et ainsi proposer de la publicité ciblée. Il existe en effet mille et une façons de collecter des informations : formulaires, requêtes, cookies… Les moyens de suivre une personne sur le Net ne manquent pas, de même que les moyens frauduleux.
Vient ensuite le concept de vie privée sur Internet, qu'elle soit au domicile ou au lieu de travail. En effet, la frontière entre vie personnelle et vie professionnelle est bien mince (que celui qui n'a jamais vérifié ses mails personnels, son compte Facebook ou Twitter durant ces heures de travail se lève… personne… vraiment ?). Même dans ce cas, l'employeur est dans l'obligation de respecter la vie privée de son employé. Un employeur ne peut pas consulter les mails contenus dans un dossier nommé « Personnel », par exemple. Pour le cas du filtrage d'Internet sur le lieu de travail, l'employeur a l'obligation de vous informer au sujet des restrictions mises en place et d'en communiquer les raisons.
Autre activité très répandue sur Internet: la recherche d'informations et la production de contenu. Là encore, il est rare que le premier réflexe soit de vérifier les sources de ce que l'on lit / publie. Théories de complots, hoax, blogs et autres commentaires, on trouve de tout sur Internet, à boire et à manger (la preuve sur ce blog :) ). La solution selon l'auteur : affûter son esprit critique et ne pas relayer aveuglément n'importe quelle information.

Complet, ce livre fait la part belle à toutes les techniques de flicage et de collecte d'informations sur Internet. Si on ne rentre pas dans le cœur de la technique, c'est pour vulgariser le fonctionnement d'Internet à un public plus néophyte, et ça marche bien. C'est typiquement un livre que je mettrais volontiers dans les mains de ma mère : bien expliqué, il ne porte pas de jugement. Si Google et Facebook sont mis en avant, ce n'est pas pour les diaboliser et dire qu'il ne faut surtout pas avoir un profil sur Internet, mais plutôt pour inciter les gens à avoir une attitude responsable sur Internet et plus réfléchie. Cette photo peut-elle être partagée sur Flickr, puis-je dire ceci sur ma page Facebook, cette information peut-elle être mise sur Wikipédia ?

PS: Encore merci à Tristan de m'avoir prêté ce livre, vraiment très instructif.

26mai/100

Cadavre exquis – Pénélope Bagieu

Zoé est malheureuse. Zoé a un métier con (hôtesse d'accueil dans les salons), un copain con (et au chômage, ce qui ne le rend pas plus sympathique) et elle se sent piégée dans cette vie de merde. En plus, elle habite un appart pourri, se fait chier dans les transports en commun. De son côté, Thomas vit cloitrer dans son immense appartement parisien avec son chat, il est écrivain mais n'écrit plus, il reste bloqué à la première ligne, se contente de lire les articles de ses parutions passées, des best-sellers. Un rien imbu de sa personne, le Thomas !
Un jour, Thomas regarde pas la fenêtre et voit Zoé prendre sa pause déjeuner. Les regards se croisent... S'ensuit le prévisible: l'histoire d'amour, le retour de l'inspiration pour Thomas, la révolution de la vie de Zoé,... C'est sans compter les fantômes du passé...

C'est bien simple, j'ai dévoré la BD en question: sitôt achetée, sitôt lue dans le RER me ramenant chez moi. C'est bien dessiné, dans le style simple et agréable du blog de l'auteur, mais c'est surtout l'intrigue qui épate ici, par son retournement de situation (no spoil). Un rien rapide sur la fin, on aurait peut être plus aimé une histoire un peu plus longue avec un peu plus de suspence. Mais ça reste exquis, donc pas de retenue.

PS1: comment elle se la pète avec sa page Wikipédia !!! :D
PS2: dédicace vendredi rue Charonne, pour une fois que j'ai pas cours, je vais me pas faire prier !